Monday, March 1, 2010

Laos (North), Wednesday 10th – Friday 26th February 2010 - Nord Laos, mercredi 10 - vendredi 26 février

Huay Xai, 10th – 11th February

We arrive in Huay Xai around 2.30 pm and decide to stay here for the night. This is our first taste of Laos, and despite being a border town, we’re happy to be here ... it’s pretty, the food is good and the people seem really lovely ... even if they don’t have the best organisation skills. The next day we paid a little more for a minibus to take us to Luang Nam Tha, and we were told it would be 2 hours quicker. In the end we waited one hour for them to find more clients to fill up the bus, the bus driver stopped to get petrol, then again to recharge his phone, then again to make a phone call, then again to buy something or other, and then drove like a nut case so we all felt like we were going to vomit, and then stopped again for an hour so he could have lunch, and then continued to drive like a nutcase on very bad roads, nearly crashing into a goat and a truck, twice. Hard on our nerves, even with the spectacular scenery along the way. The upside of the journey, we meet Jean-Noel and Sarah, and French couple living in La Reunion Island.

Pics are here.

Luang Nam Tha, 11th 15th - February

Luang Nam Tha is fairly boring. We hang around town until Saturday morning, eating at the night market and hanging around with Jean-Noel and Sarah ... who are nothing less than excellent company.

We’re really here for the apparently amazing treks you can do; either to visit the local tribes or to observe the abundance of wildlife in the jungle, where roams apparently 37 species of large mammals including leopards, elephants and tigers and there are also all sorts of snakes, spiders, birds and a world of other weird and wonderful creatures.

Saturday morning we meet in front of the tour agency to start our two day trek. We decide on a jungle trek to observe wildlife as we already met some ethnic minorities in other parts of Asia and did not enjoy the experience as much as we thought we would. We jump into the mini-bus around 10am, stop off at the market to pick up some food, take a lovely drive to a little village where we start our trek. We start to walk, and after 20 minutes realise that it won’t be as leisurely as we thought, as it’s all uphill for 4 hours, but that’s fine, we’re happy to be out in the open. We stop half way for lunch that’s spread out on banana leafs ... and around 4pm arrive at the camp where we will spend the night. It’s just a wooden open hut with no separate rooms, no electricity, and we sleep on the floor in sleeping bags. It’s rough, especially as Renu is not feeling too well, but its fine, we’ve done worse...even with two sleeping bags missing! We couldn’t believe it, you pay $45, and they don’t even have enough covers, but never mind, luckily Renu and Nico brought their own so the situation is saved. The only really, really annoying part is that we walked for four hours and saw nothing but a leaves, trees and a little spider. As lovely as our guide was, he was not at all trained to spot any of the wildlife we were hoping to see ... not even a bird!

The next day of trekking is a similar story, except the last 20 minutes before we arrive at a little village, where we walk through some rice paddies and there is some really lovely scenery. Upon arrival we spend some time with the people at the village and then take a walk down to the pretty river before getting in our minivan back to town. Once in town, we discover that the double room we had booked had been taken and so we had to get a crappy twin room instead. Nico restrains himself from strangling the people at the hotel. All in all, not the most successful of treks! We have a good night at least, as we have dinner at a yummy Indian restaurant with Jean-Noel, Sarah, Julie (a Franco-Swiss girl we met on the trek), and with everyone else that did the trek with us. We finish the night off with drinks at our hotel restaurant with Jean-Noel and Sarah and lots of laughs.

The next day is another early morning as we take a bus to Udom Xai, where we plan to get a connecting bus to Nong Kiaw.

Click here for the pics.

Udom Xai, 15th – 16th February

We get on a crappy little bus, packed out like sardines, arriving in Udom Xai around 12.30. Once again, the scenery along the way is stunning. The town is an ugly hole with nothing to do. We want to get a bus as quickly as possible to Nong Kiaw, an enchanting little village a little further west. The only problem is that there are no buses leaving today! We have to spend the night in this hell hole! We stay in a guesthouse 15 minutes down the road from the bus station and wait for the time to pass.

A few pictures here.

Nong Kiaw, 16th – 18th February

We’re at the bus station an hour and a half before the bus is due to leave, to be sure we get a seat and don’t have to stay another night in this place. Noodle soup for breakfast and hang around waiting for the bus to leave. It’s late to leave, of course. Another journey with striking views along the way. We arrive in Nong Kiaw, and we’re breath taken ... it really is as beautiful as everyone says it is! It magical, everything that we dreamed for in Asia, a very quiet, small, laid back village, in the middle of nowhere, surrounded by majestic scenery ... it’s just a shame that we only took out enough from the cash-point for a few days ... we could have stayed here for a good while if we had the cash on us.

We spend the afternoon soaking in the exquisite setting ... we order a lunch that takes more than an hour to get to our tables (that’s how laid back it is here!), walk through the village a little more and finish off having dinner at a fine Indian restaurant, wondering all the while how this Indian man found himself settling here.

Wednesday morning we get ourselves up early with big plans for the day. It’s cloudy today and a little fresher than usual, so perfect for walking. We walk two and half kilometres outside the village feeling like we’re centre stage of some scenic painting, to the Tham Pha Tok cave. We arrive at the makeshift entrance office, where we are greeted by a bunch of very sweet kids collecting the fee...apparently there’s some special reason why they were not at school that day, but our Lao was not quite up to scratch to understand what they were trying to explain to us. One of them offers to be our guide around the cave (for a small fee of course) ... we had to accept looking at his cheeky face as he offers. It is incredible walking around the cave, not so much for its aesthetic beauty ... we’ve seen more impressive caves ... but more for the knowledge that this cave was used as a hide out for the villages during bombing throughout the second Indochina war. We hope to keep on going to see a waterfall a little further on, but Nico gets lazy when he’s told that it’s another two kilometres away :-)

Back at the village, we bump into Julie again. After lunch together, we hire some bikes and decide to go back in search of the waterfall. Of course the road is not flat ... climbing the hills in the scorching heat with a town bike with no gears, is quite honestly gruelling ... to say the least. Admiring the scenery along the way eased the pain a little, but in the end the heat got too much and about seven kilometres down the line, we decided to abandon our search for this nonexistent waterfall. It turned out in the end that we’d taken the wrong path anyway. Too bad.

Back in the village, we’d hoped to console ourselves with a traditional Lao massage, but then heard word that the lady in the village that did them was a bit of a crook and gave crap massages ... so we decided to go for beers instead ... you’d have done the same! We ended spending a superb night with two middle aged Aussie guys, and an American art professor retiree. Fresh beer, good food, stimulating conversation and wonderful company, all that in a quite perfect location ... what more can you ask out of life.

Get a taster for the place here.

Muang Ngoi Neua, 18th – 19th February

The next morning we meet Julie for breakfast, as we will get a boat one hour up river to Muang Ngoi ... apparently a little village even more remote than where we are now, with no cars ... as it can only be accessed by boat. It’s still very cloudy and a little cooler today. It’s a shivery boat ride, but yet we imagine that if the weather had been as it was two days previously it could be one of the most beautiful boat rides known to man.

Okay, so the village is not as secluded and traditional as we thought it may be, but still it’s lovely. There are seemingly some beautiful walks that can be done in the area, but we decide to take it easy for the day and go the day after for the weather may brighten up then. We go for lunch and have a little nap before we hope to discover the village a little more. While snoozing, a storm breaks out, a big one. It lets up for just enough time that evening for us to have a quick dinner and buy a bottle of Lao-Lao (local rice wine) to accompany us though a game of cards back in the room. The storm continues on through the night along with some vicious cat fights and the guys next door that snores very loudly! We wake up exhausted, to another cold(ish) cloudy day, and decide that we’ve had enough ... we take the boat back to Nong Kiaw, and get straight on a bus to Luang Prabang. It’s a shame, we’d hoped to take the seven hour boat ride down, but it was far too cold for that...

Click here for pics.

Luang Prabang, 19th – 22nd February

Friday afternoon we arrive in Luang Prabang, and start our two hour search for a guesthouse ... the prices are verging on ridiculous in this town. Carrying our backpacks for that long was starting to get too much, until we bump into our saviours Jean-Noelle and Sarah again (from Luang Nam Tha)! It’s really great to see them again. They also take us to their hotel, the only cheap place in the area, though it is a dump!

Cool, we’ve found a room. We settle in, have a beer downstairs with J-N and Sarah, then meet up with Julie who suggests we have a glass of wine with a very lovely person from Canada whom she’d met a few days previous. Heather has quite an extraordinary passion ... she spends 3 months of the year working in Thai prison giving support to all prisoners that have been sentenced to life (mainly foreign) for being caught with drugs ... here it has to be made clear that in Thailand, if you’re in possession of more than one joint, it’s considered trafficking ... thus, a life sentence, and there is nothing that your country can do to help you. This is the case for a lot of people she works with, guys on holiday that get caught with a bit of weed. Anyway, you can make what you want of that, but it’s a pretty crazy situation. She advised that we read ‘The damage done’ by Warren Fellows to understand a little more, and follow this link for her website. Of course, we haven’t had a chance to read the book ourselves, so could vouch for it just yet. The evening finishes with us stuffing our faces at one of the food stalls at the night market!

We spend the rest of our time in Luang Prabang visiting the town, admiring the temples and the beautiful French colonial architecture, drinking red wine and eating the yummy food that the mass array of restaurants have on offer. Red wine always stimulates the mind and so we also get talking about our return back to Europe and start to prepare our CV’s – arrrgggg!!! Renu also discovers her first grey hair, not cool! :-(

Pics are here.

Vang Vieng, 22nd – 23rd February

Our first instinct is to skip this place, as we here it’s where all young travellers go to go tubing in the river and stop at bars with loud crappy music along the way. It’s not really our scene, but it’s on the way to Vientiane, and so we decide to break up the journey and of course there must be some great scenery and walks in the surrounding area. We arrive Monday afternoon, and sure enough the scenery is quite superb, but that night we are kept awake in our little bungalow by loud thumping music and shouting until 3am. Sleep deprived (second night running now), Nico has a fit in the morning and declares that we are leaving this “hell-hole” immediately. Sure enough, we’re back on a bus to Vientiane at 9.30am!

Vientiane, 23rd – 26th February

Okay, so we’ve been to Marrakesh, we’re yet to visit India ... but surely, Vientiane has got to be one of the hottest cities in the world! We step out of the tuk-tuk, and before even picking up our bags, we’ve broken out into a sweat. We decide that it’s best Renu stays in a cafe with the bags while Nico goes in search of a hotel, rather than both of us running around with our bags in the heat. The rest of the day is spent recuperating from the heat and lack of sleep.

Wednesday, we hire a scooter again and visit the area a little, we soon realise that Vientiane is also probably the quietest, smallest and most-laid back capital city in all Asia. Like Luang Prabang, it boasts some very beautiful French colonial architecture, as well as some lovely temples. We make the most of the place, getting massages drinking red wine and Ricard pastis, and eating some much missed French food. We also found a beautiful place overlooking the Mekong River, where we had a drink and watched the sun go down.

Click here for the pics.

So that’s it, our short time in Loas is over. Friday we take a bus to Nong Khai in Thailand, where we’ll take a train to Bangkok. This country has been phenomenal, we’ve loved every minute of it and wished that we’d spent more time here compared to some of the other countries we visited in Asia ... but we’ll be back for sure. It has a beauty incomparable to anywhere else, and the beauty doesn’t stop at the places you visit ... every bus we took, we were in breath taken by the magnificent scenery around us all the way. The people are splendidly kind and friendly, a relaxed mentality compared to everywhere else we’ve been ... no tourist harassment!!! We really hope it stays as it is, rather than selling its soul to tourism as the other countries in the region have done.

Nord Laos: mercredi 10 au vendredi 26 février 2010.

Huay Xai, mercredi 10 au jeudi 11 février 2010.

Nous passons le poste frontière situe en bordure du Mékong vers 14h30 et décidons de faire un halte pour la nuit car nous sommes levés depuis 5h et venons de faire 7h de bus. Huay Xai est une toute petite ville ou les voyageurs ne s’attardent en général que quelques jours pour organiser leur prochaine étape.
Nous réservons deux sièges dans un mini van pour aller à Lunag Nam Tha le lendemain. Le lendemain matin nous partirons avec une heure retard car le chauffeur ne voulait pas faire le trajet tant que le mini van n’était pas plein. Il a conduit comme un demeure et nous avons fait une pause dejeuner inutile à une heure de notre destination. Voila pour les compétences organisationnelles Lao. Ceci dit, les paysages de montagne et de foret sont superbes et la nourriture jusqu'à présent n’a pas été mauvaise. Dans le bus nous faisons la connaissance de Jean-Noël et Sarah (de La Réunion) avec qui nous sympathiserons au cours des jours suivants.

Photos ici

Luang Nam Tha, jeudi 11 au lundi 15 février 2010.

Petite ville assez ennuyeuse, nous tournons un peu, dinons au marche de nuit et passons du bon temps en compagnie de Jean-Noël et Sarah.

Nous avons opte pour ce village a cause des fabuleux treks qu’il est possible de faire dans la région. Soit a la découverte des différentes communautés ethniques ou pour observer l’abondance d’animaux sauvages dont léopards, éléphants et tigres (pour ne citer que quelques unes des 37 espèces de mammifères présents) et autres reptiles, oiseaux et insectes…

Samedi matin, nous avons rendez-vous devant l’agence qui organise notre trek de 2 jours dans la jungle, (espérant voir des animaux) car nous avions déjà choisi un trek à la rencontre des ethnies locales dans le nord du Vietnam et l’expérience nous a laisse un gout amer. Nous parons vers 10h et faisons une halte au marche local pour faire des provisions. Encore 40 minutes de route et nous arrivons dans le petit village à flanc de montagne d’où nous commençons à marcher. Nous réalisons au bout de 20 minutes de marche que les 4 prochaines heures ne vont pas être de tout repos. Nous ne faisons que monter et nos jambes et nos poumons souffrent après ces dernières semaines d’inactivité. Nous stoppons a mi-chemin pour un dejeuner local dans des feuilles de bananiers et repartons pour arriver au camp vers 16h. Il s’agit d’une grande cabane en bois avec des ouvertures sur tout le contour (pas de fenêtres ni porte), sans électricité, les toilettes se trouvent dans une petite cabane séparée a l’extérieur. Le soir nous dormirons sur des matelas de fortune et heureusement que nous avions pris nos sacs de couchage « au cas où » car il n’y en a pas suffisamment pour tout le monde. Et dire que nous avons paye l’équivalent d’une fortune pour les locaux pour faire ce trek et ils ne sont même pas capables de prévoir ces petits détails. Bref, nous avons vu pire, ce qui nous embête le plus c’est que Renu ne sent pas bien et qu’en 4h de marches nous n’avons absolument rien vu. Notre guide a beau être très gentil il n’est pas du tout forme à débusquer quoi que ce soit. Même pas un petit oiseau…

Le jour suivant nous redescendons par un autre chemin et nous ne voyons toujours rien. Vers la fin, nous traversons des rizières et pouvons au moins dire que nous avons vu de beaux paysages pendant au moins 20 minutes. Nous passons quelques instants avec les villageois et descendons vers la rivière suivis par les enfants du village avant de reprendre le minibus pour Luang Nam Tha. Arrives en ville, la chambre que nous avions réservée n’est plus dispo (merci Sara et Jean-Noël !!! ;-)) et a la place nous avons une chambre avec des lits séparés. Nico parvient à ne pas étrangler le staff de l’hôtel. Nous nous vengeons par un bon repas avec Sarah, Jean-Noël et le groupe qui nous a accompagne pendant le trek. Nous finissons la soirée au bar de notre hôtel avec Sarah et Jean-Noël autour de quelques bières.

Le lendemain nous nous levons encore assez tôt et prenons un bus pour Udom Xai ou nous espérons avoir une connexion pour Nong Kiaw.

Photos ici.

Udom Xai, 15 au 16 février 2010.

Nous prenons un bus minuscule et bonde jusqu'à cette ville médiocre ou nous arrivons vers 12 :30. Le paysage en route est magnifique, la ville a l’arrivée est un trou poussiéreux. Malheureusement il n’y a plus de bus pour Nong Kiaw ce jour est devons passer la nuit sur place dans un B&B a 10 minutes a pied de la gare routière.

Quelques photos par ici.

Nong Kiaw, 16 au 18 février 2010.

Nous sommes a la gare routière d’Udom Xai 1h30 avant le départ du bus pour être certains d’avoir une place et ne pas avoir à passer un autre jour et une autre nuit dans ce trou. Soupe de nouilles au petit dej (le dejeuner local…. Nico adore !!!) et nous passons le temps tant bien que mal avant le départ tardif de notre bus, qui est en fait un mini van ou 12 personnes vont s’entasser Les paysages en route sont encore une fois sublimes. Arrives a Nong Kiaw, nouvelle surprise, c’est aussi beau que ce que l’on nous a raconte ! Tout ce dont nous avions pu rêver en Asie : une petit village calme, au milieu de nulle part, entoure de paysages de rêve. Dommage que nous n’ayons pas retiré plus d’argent a Udom Xai pour y passer plus de temps car il n’ya a pas de distributeur sur place.

Nous passons l’après midi à nous imprégner de l’atmosphère du village, commandons un dejeuner qui mettra plus d’une heure à arriver (c’est vous dire a quel point tout le monde est relax), marchons a travers le village et le soir dinons dans un tres bon petit restaurant indien en essayant de comprendre comment cet indien a bien pu arriver jusqu’ici et s’y installer…

Mercredi matin, nous essayons de nous lever assez tôt. Le ciel est nuageux et il fait un peu plus frais que la veille, un temps parfait pour marcher les 2km et demi hors du village dans une campagne superbe  jusqu'aux grottes de Tham Pha Tok. Arrives a la petite cabane de fortune qui sert de guichet, nous sommes accueillis par un groupe de jeunes garçons qui sont la pour encaisser le droit d’entrée et dont un se propose pour nous accompagner dans les grottes. Les grottes sont immenses. Assez grandes pour toute la population locale s’y soit refugiée lors des bombardements de la seconde guerre d’Indochine. Le guide nous dit qu’il est possible de voir une tres belle cascade a 2 km de la mais Nico n’a pas envie de marcher plus loin et nous rentrons donc au village.

De retour au village, nous tombons sur Julie, qui était dans notre groupe lors du trek à Luang Nam Tha. Après dejeuner nous louons des vélos  et décidons d’aller à la cascade. La route est malheureusement pleine de cotes et les vélos n’ont qu’une vitesse. En plus, les nuages qui le matin nous protégeaient du soleil ont disparu et laisse place au soleil et a une chaleur infernale. Le paysage nous fait quelque peu oublier la chaleur et la difficulté de la tache mais au bout de 7 km nous n’en pouvons plus et décidons de faire demi-tour. De toute façon, nous n’étions pas sur le bon chemin pour les chutes d’eau… dommage.

De retour au village, nous voulions nous consoler avec un massage traditionnel Lao mais on entend dire que la masseuse n’est pas géniale. Comme n’importe qui aurait fait, nous nous rabattons sur des bières. Ce soir la nous faisons la rencontre de deux Australiens et d’une Américaine, prof d’histoire de l’art a la retraite, tous les trois super sympas et intéressants. Nous passons une agréable soirée à discuter dans un cadre idyllique.

Photos par ici.

Muang Ngoi Neua, 18 au 19 février 2010.

Le matin suivant, nous rejoignons Julie pour le petit dejeuner car nous prenons le même bateau pour remonter la rivière jusqu'à Muong Ngoi Neua, un village encore plus petit que celui ou nous nous trouvons et accessible uniquement par bateau, a une de Nong Kiaw. Le ciel est tres gris et il fait plus frais encore que la veille. La remontée secoue un peu car la rivière est très basse et le fond du bateau tape souvent sur les galets. Le paysage qui nous entoure est cependant un des plus beaux que nous ayons vu en Asie du Sud Est.

Le village n’est pas si isole et traditionnel que ce que nous pensions. Il y a apparemment beaucoup de marches à faire a partir du village mais nous décidons de remettre ca au lendemain. Nous allons dejeuner, marchons un peu dans le village et faisons une sieste. C’est la pluie torrentielle qui va nous réveiller. Nous sommes assez heureux d’être surpris pas la pluie dans notre sommeil et pas sur un sentier à 3 kilomètres du village. Le soir nous dinons dans le seul restaurant qui est encore ouvert après 20h ! La, nous achetons une bouteille de Lao-Lao, l’alcool de riz fait maison, et rentrons a la chambre pour quelques verres et une partie de cartes. Cette nuit la, entre la pluie, le voisin qui ronfle fort et les bagarres de chats, nous ne dormirons pas beaucoup. Nous nous levons le matin extenués et décidons de prendre le bateau jusqu'à Nong Kiaw et de la un bus direct jusqu'à Luang Prabang. S’il avait fait beau, nous aurions certainement pris les 7 heures de descente en bateau.

Photos par ici.

Luang Prabang, 19 au 22 février 2010.

Vendredi après midi, nous arrivons donc à Luang Prabang et entamons nos 2 heures de recherche pour un hôtel qui rentre dans notre budget. Les prix sont ridiculement élevés depuis que le site a été classe par L’UNESCO. Les hôteliers en profitent un maximum, ce qui fait fuir les habitants de Luang Prabang a l’extérieur de la ville car beaucoup moins cher. Nous avons la chance de tomber sur Sarah et Jean-Noël (rencontres dans le bus de Luang Nam Tha) qui nous indique leur hôtel, peu cher mais il faut voir la gueule de l’hôtel.

Nous avons enfin une chambre. Nous prenons une bière en bas avec Sarah et Jean-Noël et partons rejoindre Julie pour quelques  verres de vin. La nous faisons la rencontre d’une canadienne Heather que Julie avait rencontre quelques jours plus tôt a Nong Kiaw. Heather est une personne assez extraordinaire. Elle passe trois mois par an à visiter les prisonniers étrangers dans l’énorme prison de Bangkok. Souvent c’est uniquement pour discuter avec eux, essayer de leur faire garder en tête qu’ils sont encore des êtres humains. En Thaïlande, la possession de drogue (a peine plus d’un joint) est considérée comme du trafic et passible de la prison a vie ou de la peine de mort. A part le gouvernement américain qui a un accord avec le gouvernement thaï pour le rapatriement de ces ressortissants, les gouvernements des autres pays ne peuvent rien faire pour vous si vous vous faites arrêter. Heather nous a donne le lien vers son site internet : http://luna-rose-ca qui explique en détails sa démarche et nous a aussi conseille de lire « The Damage Done » de Warren Fellows. Nous n’avons pas encore eu le temps de le lire donc nous ne pouvons pas vraiment vous en dire plus sur le bouquin.

Ce soir la, nous finissons la soirée avec Sarah, Jean-Noël et Heather à nous en mettre plein la panse dans un marche de nuit.

Nous passons le reste de notre séjour a Luang Prabang a visiter, admirer les innombrables temples ainsi que les maisons coloniales en tres bon état, a boire du vin rouge et a manger dans des bons petits restaurants. Nous en profitons aussi pour commencer à mettre à nous jour nos CV car le retour en Europe se rapproche. Renu découvre aussi son premier cheveu blanc. Pas cool…

Photos par ici.

Vang Vieng, 22 au 23 février 2010.

Notre instinct nous dit de ne même pas perdre de temps à s’arrêter dans ce village car c’est la que tous les ados en voyage s’arrêtent pour descendre poser leurs fesses dans des chambre a air et descendre la rivière ou des bars de fortunes avec de la mauvaise musique sont aménagés sur les berges… Pas vraiment notre tasse de the mais sur notre chemin pour Vientiane et nous décidons donc de couper le trajet. Il doit surement y avoir autres chose à faire que du tubing. Nous arrivons le lundi après midi. Les alentours ont l’air superbes mais la nuit la musique à fond jusqu'à 3h va nous empêcher de dormir dans notre petite cabane en bambou. Prives de sommeil (deux nuits d’affile), Nico tape une crise et décide que nous partirons sur le champ. Nous sommes dans le bus pour Vientiane à 9h30.

Les Photos.

Vientiane, 23 au 26 février 2010.

Donc, nous sommes déjà allés a Marrakech et plus tard nous serons en Inde, mais Vientiane doit certainement être une des villes dans le monde ou il fait le plus chaud. Nous descendons du touk-touk qui nous a pris a la gare routière et avant même d’avoir nos sacs sur le dos nous sommes en sueur. Nous décidons que Renu restera dans un café avec les sacs pendant que Nico ira chercher une chambre. Le reste de la journée, nous nous camouflons au frais dans la chambre pour récupérer des deux dernières nuits sans sommeil.

Mercredi, nous louons un scooter pour visiter les alentours et réalisons tres vite que Vientiane est aussi certainement la plus calme, petite et détendue de toutes les capitales d’Asie. Tout comme Luang Prabang, les rues sont pleines de magnifiques bâtiments et maisons datant de l’ère coloniale française. Nous profitons au maximum de Vientiane : massage, nourriture française, vin rouge et Ricard. Nous trouvons également un super petit bar en dehors de la ville, perche sur des pilotis au dessus du Mékong ou nous allons prendre une bière en admirant le coucher de soleil. Nous rencontrons deux français expatries dans ce petit bar qui nous conseille un restaurant local a 1 minute en scooter du bar. Excellent recommandation…

Les photos.

Ca y est, notre séjour au Laos touche à sa fin. Vendredi, nous prenons un bus jusqu'à Nong Khai en Thaïlande, juste à la frontière. De la nous prenons un train de nuit jusqu'à Bangkok. Ce pays fut tout simplement « le pays » que nous avons préféré en Asie du Sud Est. Peut être ex-æquo avec le nord de la Thaïlande. Nous aurions aime y passer plus de temps mais nous y retournerons surement. Les habitants sont probablement les plus sympathiques que nous ayons rencontres en Asie et le pays est tout simplement magnifique… Nous espérons que tout reste dans cet état et que le tourisme ne pourrira pas les gens et l’environnement  comme c’est le cas dans les pays voisins.

No comments:

Post a Comment